Le pouvoir des femmes (vu autrement) 

Ecrire, c'est créer. Ecrire, c'est exister. Ecrire, c'est s'affirmer. Ecrire c'est résister. 

Une maison née d'un besoin plus que d'une volonté 
C’est durant l’année 2019 que l’autrice Attika Trabelsi fait le choix de rédiger son 1er livre et de le faire éditer. Elle se met à la recherche d’une maison d’édition qui partagerait ses idées et serait prête à la publier. Après quelques mois de recherches, la maison est trouvée mais dans le contexte de crise sanitaire engendré par la COVID 19, le projet d’association est avorté. Plutôt que de repartir à la recherche d’un nouveau partenaire, Attika Trabelsi se renseigne sur le monde de l’auto-édition et fait le choix de se lancer. 

La philosophie de la Maison Femmeuses 

Femmeuses est une maison d'édition indépendante, féministe et antiraciste. La Maison se pense comme un outil d'expression mis à disposition des femmes souvent silenciées et discriminées qui souhaitent partager des histoires et des projets singuliers. Elle se veut curieuse, ouverte, militante et bienveillante pour faire entendre ces voix qui apaisent, qui inspirent et qui libèrent.
 
Trois axes d'écriture ont été identifiés : 
Livres ouverts
  • Rendre hommage & célébrer 
Ensemble construisons une mémoire collective plus inclusive. Une mémoire collective qui prendrait en compte une autre perception de nos passés. Des passés dans lesquels des femmes inspirantes se sont mobilisées, se sont impliquées, se sont levées. En créant de la visibilité autour de ces sujets, nous célébrons celles qui nous ont précédées, nous permettons à toute une génération d'être inspirée et d'apporter des réponses à ces amnésies sélectives parfois collectives. 
  • (Ré)écrire l'histoire à travers un regard féministe et antiraciste 
Encore aujourd'hui, certains pans de l'histoire sont marqués par une vision masculine et sexiste. A ce titre, n'étant pas traitées comme sujets d'études, les rôles des femmes ont longtemps été minimisés ou invisibilisés. Mais depuis quelques années, les historiennes et anthropologues s’attellent à sortir les femmes de l’ombre pour réécrire l’Histoire de manière plus neutre et moins misogyne. 
Et si une approche intersectionnelle nous permettait de (ré)écrire l'histoire à travers un regard féministe et antiraciste ? 
  
  • Créer de nouveaux récits pour visibiliser 
Les histoires, lorsqu'elles donnent de la visibilité aux minorités, peuvent devenir source de pouvoir. De la même manière qu'elles peuvent briser des des dignités en niant ou falsifiant des réalités, elles peuvent aussi réparer cette dignité brisée si elles accordent un regard et des représentations plus appropriés. Comme le dit très bien Chimanda Ngozi Adichie, "quand on refuse l'histoire unique, quand on se rend compte qu'il n'y a jamais une seule histoire à propos d'un lieu quel qu'il soit, nous retrouvons une sorte de paradis." 

SOUMETTRE UN PROJET

Vous avez un projet que vous souhaitez nous partager ? 

Ecrivez-nous sans plus attendre à hello@femmeuses.fr 

"Ce que tu donnes est à toi pour toujours, ce que tu gardes est perdu à jamais"

Proverbe Soufi